Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 

  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

John Stockton

Nom : John Houston Stockton
Date de naissance : 26 mars 1962 à Spokane, Washington
Taille : 1m85
High School : Gonzaga Prep School (Spokane, Washington)
College : Gonzaga
Numéro : 12 (retiré par les Jazz)
Draft : Utah Jazz, 1984 (16ème choix)

Palmarès : Elu au Hall of Fame (2009), All-NBA First Team (1994, 95), All-NBA Second Team (1988, 89, 90, 92, 93, 96), All-NBA Third Team (1991, 97, 99), NBA All-Defensive Second Team (1989, 91, 92, 95, 97), dix fois All-Star (1989 à 97, 2000), Champion Olympique (1992, 96), sélectionné parmi les cinquante plus grands joueurs de l'histoire (1996)

Matchs disputés : 1504
Points : 19.711 (13,1/match)
Rebonds : 4.051 (2,7/match)
Passes décisives : 15.806 (10,5/match)
Interceptions : 3.265 (2,17/match)
Contres : 315 (0,20/match)
Tirs : 7.039/13.658 (51,5%)
Minutes : 47.764 (31,8/match)

John Stockton a distillé 15.806 passes décisives au cours de sa carrière, record qui risque de n'être jamais effacé des tablettes.

Il a terminé meilleur intercepteur à deux reprises et détient le record absolu du nombre d'interception avec 3265, il a shooté à 51,5% de moyenne, pourcentage de réussite exceptionnel pour un meneur, il a disputé les 82 matchs que compte une saison à 17 reprises en 19 saisons.

"Il ne pourra jamais y avoir un autre John Stockton" dira Karl Malone, son ami et coéquipier durant 18 saisons.

Stockton n'a jamais manqué une seule fois le rendez-vous des playoffs et participera à deux finale en 1997 et 1998. Il annonce sa retraite le 30 avril 2003 après l'élimination des Jazz au premier tour des playoffs, sans avoir remporté de titres, ce qui restera la plus grande déception de sa carrière.

Stockton détient beaucoup d'autres records concernant les passes décisives dont le plus grand nombre de passes effectuées en une saison (1.164), la moyenne la plus élevée sur une saison (14,5) et le plus grand nombre de titre de meilleur passeur (9, obtenus consécutivement). Il détient également le record du plus grand nombre de passes décisives sur un match de playoff (24) et la troisième performance sur un match de saison régulière (28)

John Wooden, le célèbre coach d'UCLA disait de Stockton qu'il était le joueur le plus excitant de toute la ligue tant son jeu était imprévisible. Pour Jack Ramsey, Stockton est le meilleur meneur de tous les temps.

Pourtant le meneur des Jazz n'a jamais fait parler lui ni déclanché des mouvements de foule. Il ne faisait pas de gestes spectaculaires, de crossover ou des dribbles derrière le dos. Ses gestes favoris étaient les passes avec rebond sur le sol et les layups. Contrairement au basket-ball spectaculaire des années 1990, le jeu de Stockton restait d'une simplicité étonnante, ne faisant jamais le geste de trop. Il était même le dernier joueur à porter, en 2003, des shorts de la même longueur que ceux portés en 1984.

Malgré son gabarit, il n'hésitait pas à se frotter aux pivots et ailiers afin de libérer ses coéquipiers du marquage adverse.

"Je regrette que les écrans ne soient pas comptabilisés, sans quoi il aurait figuré au sommet de la hiérarchie" dira Jerry Sloan qui a longtemps entraîné Stockton aux Jazz. Il avait la capacité de rendre ses coéquipiers meilleurs.

Sa carrière est d'autant plus remarquable dès lors que l'on se penche sur le début de sa carrière. Il débute à l'université de Gonzaga à Spokane, université de seconde zone à l'époque. Lors de sa dernière saison, il marque 20,9 points et effectue 7,2 passes décisives de moyenne, établissant les records de l'université dans presque tous les compartiments statistiques, contres et rebonds exceptés.

Les Jazz le sélectionnent en seizième position lors de la draft 1984, derrière Olajuwon, Jordan ou Barkley. L'année suivante, ils drafteront Karl Malone. Avec lui Stockton formera pendant dix-huit ans l'un des meilleur duo de l'histoire de la ligue.

"Karl Malone est un grand ami" dira Stockton, "Nous faisons chacun partie intégrante de la famille de l'autre".

A son arrivé dans l'Utah, personne ne pensait qu'il puisse faire une telle carrière. Frank Layden, son coach de l'époque, sera tout de suite charmé par le jeu et la générosité de Stockton. Le 7 juin 2003 lors de la cérémonie suivant l'annonce de son retrait, Stockton remerciera Layden pour lui avoir tout de suite donné sa chance et pour tous les conseils qu'il lui a prodigué.

Stockton joue son meilleur basket entre les années 1989 et 1991, période au cours de laquelle il a tourné à plus de 17 points et 14 passes décisives de moyenne. Il a également été élu au sein de la All-NBA First Team en 1994 et 1995.

Le 1er février 1995, il devient le meilleur passeur de tous les temps en effectuant sa 9.921ème passe décisive, délogeant ainsi Magic Johnson. Lors du dernier match de la saison, il distille la 10.000ème passe décisive de sa carrière. L'année suivante il dépasse Maurice Cheeks et devient le joueur ayant intercepté le plus de ballons. En 1996, il remporte le titre de meilleur passeur pour la neuvième fois consécutive.

Lors des premières saisons de sa carrière, Stockton n'est que la doublure de Rickey Green au poste de meneur. N'étant pas sur de son avenir, il n'achète qu'une télévision en février afin de regarder le Superbowl dans son petit studio.

Les Jazz flairent rapidement la bonne affaire en voyant qu'il tourne déjà à 5,1 passes et 1,33 interceptions de moyenne. Bien qu'il ne joue que 18 minutes par matchs, il est élu dans la All-Rookie Team. Utah termine quatrième de la Midwest Division mais créent la surprise au premier tour des playoffs en éliminant les Rockets avant de chuter face aux Nuggets.

La saison suivante, il augmente ses statistiques (7,7 points et 7,4 passes décisives) et Utah accueille une autre future star de la ligue, Karl Malone. Les Jazz remportent un match de plus que la saison précédente mais chutent dès le premier tour face aux Mavericks.

Son apprentissage du jeu est désormais terminé. Il devient le titulaire indiscutable en 1986-87 et passes 8,2 balles par match. Il shoote peu et ne tourne qu'à 7,9 points de moyenne mais est déjà un défenseur coriace interceptant 2,33 balles à chaque rencontre. En début de saison, les Jazz transfèrent leur leader Adrian Dantley et Karl Malone devient l'option offensive numéro 1. Malone et Stockton pratiquent le pick-and-roll que les deux joueurs vont maîtriser à la perfection tout en pratiquant un jeu harmonieux. Utah progresse mais se fait surprendre au premier tour par les Warriors après avoir pourtant mené 2 à 0.

Avant le début de saison 1987-88, les Hornets choisissent Green, le meneur qui alternait le jeu avec Stockton, lors de l'expansion draft. Stockton va devenir cette saison là le meilleur passeur de la ligue. Il bat le record d'Isiah Thomas en distribuant 1.128 passes décisives (contre 1.123 à Thomas à en 1984-85). Les Jazz shootent à 49,1% et les passes et les écrans de leur meneur y sont pour beaucoup. Il tourne à 13,8 passes décisives de moyenne tout en marquant 14,7 points par match et en interceptant 2,95 balles. Il est élu avec Karl Malone au sein de la All-NBA Second Team. Au premier tour des playoffs, Utah élimine Portland avant de s'incliner face aux Lakers au tour suivant, en sept matchs. Stockton effectue 24 passes décisives lors du Match 5, record pour un match de playoff. En onze matchs, il tourne à 19,5 points et 14,8 passes décisives de moyenne.

En 1988-89, il est sélectionné pour son premier All-Star Game. Il marque 11 points et effectue 17 passes décisives. A la fin de la saison, il est le meilleur intercepteur (3,21) et passeur (13,6) de la ligue tout en finissant dixième au pourcentage de réussite aux tirs avec 53,8% et en marquant 17,1 points. Il est élu dans la All-NBA Defensive Second Team et la All-NBA Second Team. Les Jazz terminent premiers de la Midwest Division mais s'inclinent à la surprise générale face aux Warriors, 3 à 0, et ce malgré la sublime performance de Stockton, 27,3 points et 13,7 passes décisives de moyenne.

Il manque les quatre premiers matchs de sa carrière en 1989-90 et bat son propre record en effectuant 1.134 passes décisives en une saison, tournant à 14,5 passes décisives par match, record NBA. Il devient également le premier joueur à dépasser les 1.000 passes décisives en saison pour la troisième fois consécutives. Il n'en restera pas là, portant le record à cinq saisons consécutives. Pour la troisième saison, il shoote à plus de 50% aux tirs. Il termine la saison en ayant marqué 17,2 points de moyenne, record en carrière et les fans le placent dans le 5 majeur du All-Star Game. En fin de saison, il est élu dans la All-NBA Second Team. Mais les Jazz s'effondrent en fin de saison et s'inclinent au premier tour face aux Suns.

Lors de la saison 1990-91, il participe nouveau au All-Star Game, son troisième. Il effectue 1.164 passes décisives, record NBA toujours en cours et tourne à 17,2 points de moyenne et en interceptant 2,85 balles par match. Il est élu au sein de la All-NBA Third Team. EN playoff, Stockton prend sa revanche sur Kevin Johnson, le meneur des Suns. Les Jazz l'emportent 3 à 1 mais sont éliminés par les Blazers en demi-finale de conférence. Malone et Stockton n'arrivent pas à franchir un nouveau palier leur permettant de se mêler à a lutte pour le titre.

La saison suivante Stockton tourne à 13,7 passes décisives de moyenne et dépasses Michael Williams lors de la dernière journée au classement des voleurs de ballons. Il est nommé dans la All-NBA Second Team et les Jazz se qualifient pour la première fois de leur histoire en finale de conférence après avoir éliminé les Clippers et les Sonics. Mais les Blazers de Clyde Drexler leurs barrent la route des Finals.

Durant l'été 1992, Malone et Stockton rejoignent la Dream Team à Barcelone et remportent la médaille d'or Olympique. Ils en remporteront une seconde à Atlanta en 1996.

En 1992-93, les Jazz accueillent tout le petit monde de la NBA durant un week-end, le temps de disputer le All-Star Game duquel Malone et Stockton seront élus co-MVP. Stockton marque 9 points et passes 15 balles, Malone marque 28 points et prend 10 rebonds alors que la Western Conférence remporte le match 135-132 en prolongation.

Il devient le troisième joueur de l'histoire à franchir la barre des 9.000 passes décisives au cours de la saison 1993-94, après Magic Johnson (9.921) et Oscar Robertson (9.887). Il termine une nouvelle fois meilleur passeur, joue son sixième All-Star Game et est nommé au sein de la All-NBA First Team pour la première fois de sa carrière. Les Jazz seront éliminés par les futurs champions, les rockets, en finale de conférence sur le score de 4 à 1.

Après une élimination au premier tour par les Rockets en 1995 et une défaite face aux Sonics en 1996, les Jazz connaissent enfin la saveur particulière des Finals en 1997.

Les Jazz remportent 64 matchs établissant le record de la franchise. Stockton est détrôné par Mark Jackson mais termine tout de même deuxième meilleur passeur. Il est également titulaire au All-Star Game, marquant 12 points et effectuant 5 passes décisives. En 20 matchs de playoff, Stockton tourne à 16,9 points et 9,6 passes décisives de moyenne. Il inscrira face aux Rockets le panier le plus important de sa carrière lors du Match 6, panier à trois points offrant la qualification aux Jazz

Lors des Finals il marque 17 points et effectue 12 passes décisives au cours du Match 3 et marquera 17 points dont le panier de la victoire lors du Match 4. Mais les Bulls sont trop forts et Michael Jordan scellera le sort de la finale lors du Match 6. La solidité défensive des Bulls leur a permis de remporter les deux derniers matchs 90-88 et 90-86.

Absent pour les 18 premiers matchs en 1997-98 en raison d'une blessure au genou, Stockton jouera tous les autres matchs et terminera cinquième passeur de la ligue. Les Jazz remportent 62 victoires et terminent premiers de la saison régulière et se qualifient pour leur deuxième finale en deux ans. Mais ce sont une nouvelle fois les Bulls qui l'emportent 4 à 2 grâce à un ultime panier de Jordan.

Lors d'une saison tronquée par le lockout en 1998-99, les Jazz remportent 37 victoires en 50 matchs mais sont éliminés par les Blazers en demi-finale de conférence. La saison suivante, les Blazers élimineront les Jazz en cinq matchs au même stade de la compétition.

Les Jazz sont sur la pente descendante à partir 2001 et stagneront aux alentours des 50% de victoire lors des saisons suivantes. Stockton termine deuxième meilleur passeur (8,7) derrière Jason Kidd. Malgré son âge avancé pour un basketteur de haut niveau, Stockton gardera la même efficacité jusqu'à la fin de sa carrière.

Durant la saison 2001-02, il établit le record du plus grand nombre de matchs joués avec une même franchise, devient le dixième joueur de l'histoire à avoir joué à plus de quarante ans et distille sa 15.000ème passe décisive. Les Jazz atteindront encore les playoffs en 2002 et 2003 mais chuteront les deux fois face aux Kings dès le premier tour.

Stockton se retire à la fin de la saison 2002-03 après avoir disputé 1504 matchs. Il figure au troisième rang des joueurs ayant disputé le plus de matchs, derrière Robert Parish (1611) et Kareem Abdul-Jabbar (1560). Il quitte les Jazz en ayant également inscrit 19711 points, ce qui en fait, au moment de sa retraite, le 29ème joueur en ayant inscrit le plus en carrière.

Son maillot est retiré par les Utah Jazz le 22 novembre 2004 et il intègre le Naismith Memorial Hall of Fame en 2009.

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.