Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 


  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

David Robinson

Nom : David Maurice Robinson
Date de naissance : 6 août 1965 à Key West, Floride
Taille : 2m16
High School : Osbourn Park (Manassas, Va.)
College : Navy
Draft : San Antonio Spurs, 1987 (1er choix)
Numéro : 50 (retiré par les Spurs)

Surnom : The Admiral

Palmarès : Elu au Hall of Fame (2009), Champion NBA (1999, 2003), MVP (1995), Defensive Player of the Year (1992), Rookie of the Year (1990), All-NBA First Team (1991, 92, 95, 96), All-NBA Second Team (1994, 98), All-NBA Third Team (1990, 93, 2000, 01), All-Defensive First Team (1991, 92, 95, 96), All-Defensive Second Team (1990, 93, 94, 98), dix fois All-Star (1990 à 96, 98, 2000, 2001), NBA Sportsmanship Award (2001), Champion Olympique (1992, 96), sélectionné parmi les 50 plus grands joueurs de tous les temps (1996)

Matchs disputés : 987
Points : 20.790 (21,1/match)
Rebonds : 10.497 (10,6/match)
Passes décisives : 2.441 (2,5/match)
Interceptions : 1.388 (1,41/match)
Contres : 2.954 (2,99/match)
Tirs : 7.365/14.221 (51,8%)
Minutes : 34.271 (34,7/match)

David Robinson est l'un des meilleurs pivots des années 1990, adulé et respecté sur et en dehors du parquet. Agile, rapide et puissant à la fois, Robinson a tout gagné sur le plan individuel lors de ses six premières saisons en NBA: Rookie of the Year, Defensive Player of the Year et MVP mais aussi un titre de meilleur marqueur, un autre de meilleur rebondeur et six sélections pour le All-Star Game. Il est également le joueur le plus complet de la ligue à cinq reprises entre 1990 et 1996, preuve de son impact sur tous les compartiments du jeu.

Robinson prendra sa retraite avec une moyenne en carrière de 21,1 points, 10,6 rebonds et 2,99 contres par match. Il remportera deux titres avec les San Antonio Spurs, en 1999 et en 2003.

Mais "l'Amiral" est aussi connu pour sa générosité. Il a crée la Carver Academy, une école de San Antonio aidant les jeunes en difficultés. Le 23 mars 2003, David Stern, le commissioner de la NBA, annonce que le NBA Community Assist Award récompensant le joueur le plus généreux et proche des personnes en difficultés de la saison recevra désormais la David Robinson Plaque.

"Remporter un titre ne fait pas de toi une meilleure personne" disait Robinson. Cependant, avec l'arrivée de Tim Duncan en 1997 à San Antonio, Robinson allait pouvoir enfin songer à remporter une bague de champion.

Tout vient à point à qui sait attendre. C'est sans doute ce qu'on du se dire les dirigeants des Spurs en choisissant David Robinson en première position lors de la draft 1987. Diplômé en mathématiques à l'US Navy Academy, Robinson allait attendre deux ans avant de pouvoir rejoindre la NBA. De 1987 à 1989, il accomplit ses deux ans de service obligatoire au sein de la marine américaine.

Mesurant 1,96 mètre à son arrivée à la Navy, il marque 7,6 points et prend 4,0 rebonds par match lors sa première saison en NCAA.

L'année suivante, il grandit de 20 centimètres pour culminer à 2,16 mètres sous la toise.

Lors de sa troisième saison, il tourne à 22,7 points, 13,0 rebonds et 5,91 contres en moyenne par match, ce qui fait de lui le meilleur rebondeur et contreur du championnat universitaire.

Sa moyenne de points monte à 28,2 lors de sa dernière saison universitaire, assortie de 11,8 rebonds et 4,5 contres par match. Il marque 50 points lors de son dernier match, perdu face à Michigan lors de la March Madness.

En 1988, il participe aux Jeux Olympiques de Séoul avec les Etats-Unis et remporte la médaille de bronze.

David Robinson arrive donc en NBA à l'âge de 24 ans et prouvera dès ses premiers matchs que les Spurs ont eu raison d'attendre. Il sera élu Rookie of the Month lors de chacun des six mois de la saison, participera au All-Star et remportera aisément le titre de Rookie of the Year. Il tourne à 24,3 points, 12,0 rebonds et 3,89 contres par matchs et termine meilleur marqueur de son équipe à 46 reprises. Mais il contribuera surtout à l'excellente saison des Spurs qui passeront de 21 victoires en 1988-89 à 56 victoires la saison suivante, marquée par les arrivées de Robinson, mais aussi de Sean Elliott, Terry Cummings et Rod Strickland. San Antonio termine premier de la Midwest Division et ne s'inclinera qu'en demi-finale de conférence face aux Portland Trail Blazers.

Robinson réussit d'excellents playoffs avec des moyennes de 24,3 points, 12,0 rebonds et 4,0 contres par matchs.

Après ses trois premières saison, il est déjà considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Ses performances lui permettent d'être sélectionné dans les All-NBA First Team en 1991 et 1992 et d'être élu NBA Defensive Player of the Year en 1992.

Mais sa troisième saison dans la ligue s'achève sur un coup dur. Il se déchire un ligament de la main gauche le 16 mars et sera absent pour le reste de la saison. Sans leur joueur vedette, les Spurs sombrent. Bilan : 5 victoires et 9 défaites en saison régulière et une élimination sur le score de 3 à 0 face aux Phoenix Suns au premier tour des playoffs.

Malgré cela, il devient le troisième joueur de l'histoire à être classé dans le Top 10 de la saison dans cinq catégories statistiques différentes, ce que seuls Cliff Hagan (195960) et Larry Bird (1985-86) avaient réussi auparavant. Robinson est classé septième marqueur (23,2 points/match), quatrième rebondeur (12,2 rebonds/match), meilleur contreur (4,49 contres/match), cinquième aux interceptions (2,32 interceptions/match) et septième joueur le plus adroit aux tirs (55,1%).

Il est aussi le premier joueur de l'histoire à être classé dans le Top 5 aux rebonds, contres et interceptions la même année. Il est logiquement sélectionné dans la All-NBA First Team et est élu NBA Defensive Player of the Year.

A la fin de la saison, il participe aux Jeux Olympiques de Barcelone et remporte la médaille d'or aux côtés de Michael Jordan, Magic Johnson et Larry Bird.

Lors de sa quatrième saison, en 1992-93, Robinson dispute les 82 matchs, marquant 23,4 points et prenant 11,7 rebonds par match. A la mi-saison, il est le pivot titulaire de la Western Conference pour le All-Star Game pour la troisième année consécutive. Il est sélectionné dans la All-NBA Third Team et la NBA All-Defensive Second Team à la fin de la saison. Les Spurs s'inclinent en demi-finale de conférence face aux Phoenix Suns de Charles Barkley sur le score de 4 à 2.

Pivot pouvant courir comme un ailier, Robinson va connaître ses plus belles saisons sur le plan individuel entre 1993 et 1996.

La venue du fantasque Dennis Rodman, meilleur rebondeur de la ligue et excellent défenseur, va permettre à Robinson de se consacrer encore davantage à son jeu offensif. Il termine meilleur marqueur de la ligue avec une moyenne de 29,8 points par match en 1993-94, assortie de 4,8 passes décisives. Cette année là, il devient le quatrième joueur de l'histoire à réaliser un quadruple-double lors d'une victoire face aux Detroit Pistons : 34 points, 10 rebonds, 10 passes décisives et 10 contres. Il marque 71 points lors du dernier match de la saison régulière face aux Los Angeles Clippers pour remporter le titre de meilleur marqueur et devancer Shaquille O'Neal. Robinson termine second à l'élection du MVP, derrière Hakeem Olajuwon.

Les Spurs terminent la saison avec un bilan de 55 victoires et 27 défaites mais s'inclinent au premier tour des playoffs face aux Utah Jazz sur le score de 3 à 1.

L'année suivante, Robinson réalise à nouveau une fabuleuse saison. Il est élu MVP après avoir terminé la saison avec des moyennes de 27,6 points, 10,8 rebonds, 2,9 passes décisives, 3,23 contres et 1,65 interceptions par match. Les Spurs terminent la saison régulière en tête avec 62 victoires au compteur. Robinson participe également à son sixième All-Star Game consécutif au cours de la saison.

Favoris, les Spurs vont néanmoins chuter en finale de conférence face aux champions en titre, les Houston Rockets d'Hakeem Olajuwon, sur le score de 4 à 2. Olajuwon tournera à 35,3 points et 12,5 rebonds de moyenne sur la série, contre 23,8 points et 11,3 rebonds pour Robinson.

Durant l'été, il remporte son deuxième titre olympique à Atlanta.

En 1996-97, David Robinson va connaître la pire saison de sa carrière. Blessé au dos durant l'intersaison, il ne jouera que six matchs avant de se fracturer le pied gauche. L'Amiral touché, c'est l'équipage tout entière qui coule. Les Spurs termine la saison avec un bilan de 20 victoires et 62 défaites mais remporte le gros lot à la Lottery Draft. Un mal pour un bien.

Avec le premier choix, les Spurs sélectionnent le pivot de Wake Forest Tim Duncan lors de la draft 1997.

L'entente entre les deux hommes est excellente dès la première saison. Ils forment la meilleure paire d'intérieur de la ligue et les Spurs gagnent 36 matchs de plus que la saison précédente. Mais leur parcours s'achève en demi-finale de conférence face aux Utah Jazz.

La saison 1998-99, tronquée par le lock-out, est dominée par les Spurs. Meilleure équipe de la ligue avec 37 victoires en 50 matchs. San Antonio ne s'incline qu'à deux reprises au cours des playoffs et remporte le titre de champion en battant les New York Knicks lors des Finals.

Les trois saisons suivantes sont dominées par les Los Angeles Lakers de Shaquille O'Neal et Kobe Bryant. Robinson jouera au moins 78 matchs lors de chacune de ces saisons mais sera absent à plusieurs reprises en playoff à cause de problèmes de dos. En 2000, les Spurs quittent la compétition dès le premier tour. Et en 2001 et 2002, les Lakers éliminent aisément les Spurs, en finale de conférence en 2001 et demi-finale de conférence en 2002. L'impact offensif de Robinson décroît d'année en année.

Il finira tout de même sa carrière en beauté, avec un second titre de champion. Les Spurs éliminent les Lakers en demi-finale de conférence et battent les New Jersey Nets lors des Finals sur le score de 4 à 2. Pour son dernier match, il marquera 13 points et prendra 17 rebonds. Robinson tournera à 10,8 points, 7,3 rebonds, 1,83 contres et 1,17 interceptions en moyenne lors de cette série.

"Pour mon dernier match, nous sommes champions. Qui pourrait écrire une plus belle histoire que celle là?" dira Robinson au soir du deuxième titre de l'histoire de la franchise texane.

"Nous disons au revoir à un grand joueur ce soir" commentera David Stern, le commissioner de la NBA, le soir du dernier match de Robinson.

Depuis, il consacre son temps à sa fondation d'aide aux enfants défavorisés et à sa passion, le jazz. On le croise souvent au SBC Center de San Antonio où il vient encourager son équipe de toujours.

Le 10 novembre 2003, les San Antonio Spurs retirent le maillot de David Robinson qui aura à jamais marqué l'histoire de la franchise et de la NBA. Il intègre le Hall of Fame en 2009, aux côtés de John Stockton et Michael Jordan.

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.