Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 

  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

Magic Johnson

Nom : Earvin Johnson Jr.
Date de naissance : 14 août 1959 à Lansing, Michigan
Taille : 2m06
High School : Everett (Lansing, Mich.)
College : Michigan State
Draft : Los Angeles Lakers, 1979 (1er choix)
Numéro : 32 (retiré par les Lakers)

Surnom : Magic

Palmarès : Elu au Hall of Fame (2002), champion NBA (1980, 82, 85, 87, 88), MVP des Finals (1980, 82, 87), MVP (1987, 89, 90), All-NBA First Team (1983 à 91), All-NBA Second Team (1982), douze fois All-Star (1980, 1982 à 92), MVP du All-Star Game (1990, 92), J. Walter Kennedy Citizenship Award (1992), Champion Olympique (1992), sélectionné parmi les 50 plus grands joueurs de tous les temps (1996)

Matchs disputés : 906
Points : 17.707 (19,5/match)
Rebonds : 6.559 (7,2/match)
Passes décisives : 10.141 (11,2/match)
Interceptions : 1.724 (1,90/match)
Contres : 374 (0,41/match)
Tirs : 6.211/11.951 (52,0%)
Minutes : 33.245 (36,69/match)

Magic Johnson est aux années 1980 ce qu'Oscar Robertson était aux années 1960 et Julius Erving aux années 1970. Un joueur révolutionnaire qui allait changer la façon de jouer au basket-ball. Son immense talent et son jeu spectaculaire lui valurent d'être le joueur le plus adulé jusqu'à l'avènement de Michael Jordan.

Magic est un phénomène. Le physique d'un intérieur, la vitesse d'un arrière, la vision de jeu d'un meneur. Capable de jouer à tous les postes, il réinvente le triple-double. Il remportera cinq bagues de champion, trois titres de MVP et trois titres de MVP des Finals.

Né le 14 août 1959, Earvin Johnson Jr. grandit à Lansing dans le Michigan aux cotés de ses neuf frères et sťurs. "Je m'entraînais tous les jours et dès tôt le matin" confessera Johnson.

Earvin Johnson hérite du surnom de "Magic" dès son entrée au lycée. Agé de tout juste 15 ans, un journaliste l'affublera de ce surnom après l'avoir vu marqué 36 points, prendre 16 rebonds et distiller 16 passes décisives lors d'un match. Lors de sa dernière saison à l'Everett High School, il mène son lycée au titre de champion du Michigan après 27 victoires en 28 matchs. Au cours de cette année, ses moyennes sont de 28,8 points et 16,8 rebonds par match.

Courtisé par les plus prestigieuses universités, Johnson souhaite néanmoins rester proche de sa famille et s'engage avec Michigan State. Dès sa première saison, il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs du pays. Il marque 17,0 points, prend 7,9 rebonds et distille 7,4 passes décisives par match et mène les Spartans au titre de champion de la Big Ten Conference. Sous sa houlette, Michigan State remporte le titre de champion national en 1979 en battant Indiana State, l'équipe de Larry Bird, en finale.

Ayant tout gagné en deux ans en NCAA, il se déclare candidat à la draft en 1979. Les Los Angeles Lakers le sélectionnent avec le premier choix.

Il arrive dans une équipe sensiblement renouvelée : un nouvel entraîneur, Jack McKinney, un nouveau propriétaire, Jerry Buss, et sept nouveaux joueurs.

Dès son premier match, le "Showtime" fait son apparition au Forum. Kareem Abdul-Jabbar marque le panier de la victoire à la dernière seconde sur une passe de Magic Johnson face aux San Diego Clippers. Johnson joue 77 matchs avec des statistiques comparables à celles qui étaient les siennes à Michigan State : 18,0 points, 7,7 rebonds et 7,3 passes décisives par match. Il est le premier rookie à être titulaire au All-Star Game depuis Elvin Hayes onze ans auparavant. Les Lakers remportent 60 matchs et terminent en tête de la Pacific Division. Le trophée de Rookie of the Year revient cependant à Larry Bird des Boston Celtics.

Mais ce sont les Lakers qui vont remporter le titre de champion. Lors des Finals 1980 face aux Philadelphia 76ers, Magic Johnson va réaliser une performance qui restera dans la légende lors du sixième et dernier match. Il remplace Abdul-Jabbar, blessé, au poste de pivot et termine le match avec 42 points au compteur, auxquels il convient d'ajouter 15 rebonds, 12 passes décisives et 3 interceptions. Johnson devient le premier rookie à être élu MVP des Finals.

La saison suivante sera beaucoup plus difficile pour les Lakers et pour Johnson. Après un bon début de saison, Johnson se blesse au genou gauche et manque 45 matchs. Il fait son retour en playoff mais les Lakers s'inclinent dès le premier tour face aux Houston Rockets.

Les Lakers souhaitent effacer la contre-performance de 1981. En 1981-82, ils remportent le titre de division et remportent un deuxième titre de champion en trois ans en battant les Sixers sur le score de 4 à 2 en finale. Johnson est à nouveau élu MVP des Finals. En saison régulière, il améliore encore son rendement : 17,6 points, 5,9 rebonds et 10,5 passes décisives par match.

Lors de la saison 1982-83, les Lakers se montrent une nouvelle fois intraitables mais les blessures de Norm Nixon, James Worthy et Bob McAdoo en playoff affaiblissent considérablement l'effectif et la franchise s'incline lourdement lors des Finals face aux Philadelphia 76ers sur le score de 4 à 0.

En 1984, Nixon quitte les Lakers, Abdul-Jabbar atteint l'âge de la quarantaine et Magic Johnson signe un contrat record de 25 millions de dollars. En finale, Johnson effectue des mauvais choix dans le money-time lors des matchs 2, 4 et 7, ce qui offre le titre aux Boston Celtics. Vivement critiqué à la fin de la série, son moral n'est pourtant pas affecté et il va conduire les Lakers à trois titres lors des quatre années suivantes.

Les Lakers prennent leur revanche sur les Celtics lors des Finals 1985. Après huit échecs consécutifs, les Lakers battent enfin les Celtics en finale, sur le score de 4 à 2.

Il tourne à 18,8 points par match en 1986 mais les Lakers perdent leur titre en s'inclinant face aux Houston Rockets en finale de conférence en cinq matchs.

Johnson réalise sa meilleure saison en 1986-87 sur le plan offensif. Il marque 23,9 points par match, la meilleure moyenne de sa carrière. Lors de l'absence d'Abdul-Jabbar, touché à un oeil, il marque consécutivement 38 et 46 points, son record en carrière. Johnson est élu MVP de la saison régulière pour la première fois. Il remporte également son troisième titre de MVP des Finals après une victoire sur Boston en finale sur le score de 4 à 2.

Vainqueur des Detroit Pistons en finale 1988, les Lakers parviennent à conserver leur titre de champion, ce qu'aucune franchise n'est parvenue à faire depuis les Boston Celtics en 1969. Magic Johnson remporte le cinquième et dernier titre de sa carrière.

Lors des deux saisons suivantes, il tourne à plus de 20 points par match, remporte deux titres de division avec les Lakers et est élu MVP. Blessé lors des Finals 1989, les Lakers sont balayés 4 à 0 par les Pistons en finale. L'année suivante, alors que Kareem Abdul-Jabbar a pris sa retraire, les Lakers sont éliminés par les Phoenix Suns en demi-finale de conférence. En février 1990, il est élu MVP du All-Star Game après avoir inscrit 22 points, prit 6 rebonds et distillé 4 passes décisives malgré la défaite de l'Ouest 116 à 130.

En 1990-91, les Lakers remportent 58 matchs en saison régulière. Les Lakers éliminent les Portland Trail Blazers de Clyde Drexler en finale de conférence et se qualifient pour une nouvelle finale, la neuvième depuis l'arrivée de Magic Johnson. Cependant Michael Jordan et les Bulls dominent aisément les Lakers sur le score de 4 à 1.

Avant le début de la saison 1991-92, Magic Johnson annonce au monde entier sa séropositivité et se retire des parquets. Il fera un retour triomphant lors du All-Star Game 1992 dont il sera élu MVP après la victoire de l'Ouest 153 à 113. Il commence aussi une campagne de prévention contre le SIDA, ce qui lui vaut de recevoir de J.Walter Kennedy Citizenship Award en fin de saison.

Il rejouera également au cours de l'été aux cotés de Michael Jordan, Larry Bird ou encore Karl Malone lors des Jeux Olympiques de Barcelone où il remporte la médaille d'or.

Magic Johnson reste très actif, bien qu'ayant quitté les parquets. Il écrit un livre concernant sa maladie, s'engage avec la chaîne de télévision NBC en tant que consultant et souhaite même acquérir une franchise NBA.

A seize matchs de la fin de la saison 1993-94, il remplace Randy Pfund au poste de coach des Lakers. Les Lakers remportent les cinq premiers matchs avant de perdre cinq des six matchs suivants. Magic Johnson annonce qu'il quittera son poste dès la fin de la saison.

"Devenir coach n'a jamais été mon rêve. Je veux devenir propriétaire, être un homme d'affaire." dira Johnson à cette occasion. En juin 1994, il entre dans le capital des Lakers.

Après quatre saisons passées hors des parquets, il fait son grand retour à la mi-saison 1995-96 et joue les 32 derniers matchs de la saison avec les Lakers, avec des moyennes de 14,6 points, 5,7 rebonds et 6,9 passes décisives par match. Les Lakers quittent la compétition au premier tour des playoffs, éliminés par les Houston Rockets. Magic Johnson se retire définitivement des parquets à la fin de la saison.

En 1996, il est sélectionné parmi les cinquante plus grands joueurs de l'histoire et intègre le Hall of Fame en 2002.

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.