Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 

  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

Walt Frazier

Nom : Walter Frazier Jr.
Date de naissance : 29 mars 1945 à Atlanta, Géorgie
Taille : 1m93
High School : David Howard (Atlanta)
College : Southern Illinois
Draft : New York Knicks, 1967 (5eme choix)
Numéro : 10 (retiré par les Knicks)
Transferts : Echangé aux Cleveland Cavaliers le 7 octobre 1977 en compensation de la signature de Jim Cleamons

Surnom : Clyde

Palmarès : Elu au Hall of Fame (1987), Champion NBA (1970, 73), All-NBA First Team (1970, 72, 74, 75), All-NBA Second Team (1971, 73), All-NBA Defensive First Team (1969 à 75), sept fois All-Star (1969 à 1975), MVP du All-Star Game (1975), sélectionné parmi les 50 plus grands joueurs de tous les temps (1996).

Matchs disputés : 825
Points : 15.518 (18,9/match)
Rebonds : 4.830 (5,9/match)
Passes décisives : 5.040 (6,1/match)
Interceptions : 681 (1,9/match)
Contres : 59 (0,2/match)
Tirs : 6.130/12.516 (49,0%)
Minutes : 30.965 (37,5/match)

Avec un surnom inspiré du célèbre voleur Clyde Barrow, dont les forfaits les plus ramrquables sont relatés dans le film Bonnie and Clyde, Frazier a été l'un des joueurs les plus marquant des Knicks durant dix saisons, de 1967 à 1977. A sa retraite, il est le meilleur marqueur et passeur de l'histoire de la franchise.

Frazier jouera ensuite quelques fragments de saisons avec les Cleveland Cavliers durant trois ans avant de se retirer définitivement des parquets. Il termine sa carrière avec une moyenne de 18.9 points en 825 matchs disputés.

Avec les Knicks, Frazier sera double champion NBA, en 1970 et 1973, et participera à sept All-Star Game. Il sera également sélectionné à quatre reprises dans la All-NBA First Team et à sept reprises dans la All-Defensive First Team. Son plus grand fait d'arme restera sa performance lors du septième et dernier match des Finals 1970 face aux Los Angeles Lakers.

Au lycée, Frazier évolue dans les équipes de football en tant que quaterback et de base-ball en tant que pitcher. Il apprend le basket-ball sur le seul playground de son établissement pour noirs, dans le sud des Etats-Unis où la ségrégation raciale est omniprésente dans les années cinquante.

Walt Frazier y développe sa philosophie du jeu, qui la suivra tout au long de sa carrière : une défense agressive vaut mieux que de tenter un shoot difficile.

Bien qu'ayant reçu plus d'offres de la part d'universités pour ses qualités de quaterback, Frazier accepte de rejoindre Southern Illinois pour évoluer au sein de l'équipe de basket-ball. "Je voulais faire du sport mon futur métier, et en analysant bien le championnay de football, j'ai remarqué qu'il n'y avait aucun quaterback noir." commentera plus tard Frazier.

Emmenée par Frazier, Southern Illinois University devient la première petite université à remporter le National Invitation Tournament. Frazier est élu All-American lors de sa dernière saison et les New York Knicks le sélectionnent avec le cinquième choix lors de la Draft 1967.

Après des débuts hésitants, seulement 9.0 points de moyenne en 1967-68, il va rapidement progresser à l'arrivée du coach William "Red" Holzman à la mi-saison et termine l'année avec une confiance sans cesse croissante. Possédant une excellente vision du jeu et des mains "plus rapides que la langue d'un lézard", il éblouit le Madison Square Garden de ses interceptions et ses passes ultra-rapides.

En ajoutant Frazier, DeBusschere et Bradley a un cinq de départ comprenant déjà Willis Reed et Dick Barnett, les Knicks ont rapidement construit une équipe capable d'atteindre des sommets.

En 1968-69, les Knicks se qualifient pour la finale de l'Eastern Division. Frazier tourne à 17.5 points en saison régulière et reçoit la première de ses sept sélections dans la NBA All-Defensive First Team.

Au début de la saison 1969-70, les Knicks établissent un nouveau record NBA en remportant dix-huit succès consécutifs, et termine la saison en tête de la ligue avec soixante victoires. La défense de Frazier et des Knicks fait des miracles. Avec 105.9 points encaissés par match, les Knicks concèdent six points par match de moins que la deuxième meilleure défense du championnat. Frazier termine la saison avec des moyennes de 20.9 points et 8.2 passes décisives par match. Il participe à son premier All-Star et reçoit sa première sélection au sein de la All-NBA First Team.

En 1970, New York retrouve en finale les Los Angeles Lakers. Les deux plus grandes villes des Etats-Unis sont face-à-face et la série, disputée en sept matchs, a donné lieu à un engoument historique. Face à Wilt Chamberlain, Jerry West et Elgin Baylor, et avec la blessure de Willis Reed lors du cinquième match, les Knicks ne partaient pas favoris.

Mais lors du septième match au Madison Square Garden, avec un Willis Reed inscrivant sur une jambe les deux premiers paniers du match, Walt Frazier va établir la plus grande performance de sa carrière : 36 points, 19 passes décisives et 5 interceptions. Frazier dominera ses adversaires directs, Baylor et West, et offre aux Knicks le premier titre de l'histoire de la franchise. Les Knicks s'imposent finalement 113 à 99. "Il n'y a pas de doute possible, ce jour là restera comme le plus beau de ma carrière." affirmera le héros du match.

Les Knicks et Frazier ont réussi le tour de force de rendre la défense tout aussi glamour qu'un jeu tourné vers l'attaque. Joueur très fair-play, Frazier ne commet aucun vilain geste et ne grogne jamais contre les arbitres, il est un des joueurs les plus élégants à voir jouer. Walt Frazier devient l'un des joueurs les plus aimé de la ligue par les spectateurs, ce qui lui vaudra d'être l'un des premiers athlètes à être payé par un équipementier sportif.

Sur le parquet, il conduit les Knicks à de nouvelles très belles saisons. En 1971, les Knicks se qualifient pour la finale de l'Eastern Conference mais s'inclinent en sept matchs face aux Baltimore Bullets. Ils retrouveront les Finals en 1972 mais s'inclineront face aux Los Angeles Lakers dans la revanche des Finals 1970. En début de saison, les Knicks recrutent le plus grand rival de Frazier, l'arrière des Bullets Earl Monroe. Les specialistes doutent de l'association de ces deux grands joueurs, tant tout les oppose. L'un est un adepte d'un jeu tourné vers le collectif et d'une défense resserrée, l'autre est un attaquant né, capable d'enflammer une rencontre à chaque instant. Après une première saison délicate pour Monroe, les deux joueurs vont former l'un des meilleurs backcourt de tous les temps, le "Rolls Royce Backcourt".

En 1972-73, les Knicks battent les Boston Celtics en finale de l'Eastern Conference et remportent un deuxième titre de champion en battant les Lakers en cinq matchs en finale. L'association entre Frazier et Monroe fait des merveilles. "Il est le feu et je suis la glace", dira Walt Frazier après ce deuxième titre. Cet instant marque l'apogée de sa carrière. Les Knicks vont ensuite peu à peu comencer à décliner. Frazier maintient quant à lui un niveau de jeu très élevé qui lui vaut d'être sélectionné pour le All-Star Game à trois autres reprises et il en sera même élu MVP en 1975 après avoir marqué 30 points au cours du match.

En 1976-77, il tourne à 17.4 points par match mais les Knicks manquent les playoffs pour la deuxième année consécutive. Les départs successifs de DeBusschere ou Bradley ont replacé les Knicks dans le ventre-mou de la NBA.

A l'aube de la saison 1977-78, Frazier est envoyé aux Cleveland Cavaliers en compensation de la signature de Jim Cleamons. Avec ce départ, la glorieuse époque des Knicks s'achève définitivement. Walt Frazier se dit surpris par ce transfert. Il n'a plus les jambes de ses premières années et se blesse à plusieurs reprises, ne jouant que soixante-six matchs en trois saisons avant que les Cavaliers ne le coupent après trois matchs de la saison 1979-80.

Après sa retraite, Frazier devient agent de joueur, investit dans une franchise de l'United States Basketball League, une ligue mineure, puis déménage aux Iles Vierges où il passe la majeure partie son temps à naviguer. Mais il perdra sa maison lors de l'ouragan Hugo en 1989 et rentre à New York où il devient consultant pour la radio.

Son maillot est retiré par les New York Knicks dès 1999. En 1987, il intègre le Naismith Memorial Hall of Fame, et en 1996, il est sélectionné dans la NBA 50th Anniversary All-Time Team.

Frazier aura marqué l'histoire des Knicks et reste encore aujurd'hui extrêmement populaire au sein des fans de basket-ball.

 

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.