Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 

  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

Julius Erving

Nom : Julius Winfield Erving II
Date de naissance : 22 février 1950 à Roosevelt, N.Y.
Taille : 2m00
High School : Roosevelt (N.Y.)
College : Massachusetts
Draft: Milwaukee Bucks, 1972 (12ème choix)
Numéro : 32 (retiré par les Nets), 6 (retiré par les Sixers)
Transferts : Signe avec Virginia (ABA) le 6 avril 1971, échangé aux N.Y. Nets le 1er août 1973, droits vendus à Philadelphie le 20 octobre 1976

Surnom : Dr. J

Palmarès NBA : Elu au Hall of Fame (1993), champion NBA (1983), MVP (1981), All-NBA First Team (1978, 80, 81, 82, 83), All-NBA Second Team (1977, 84), onze fois All-Star (1977 à 87), MVP du All-Star Game (1977, 83), J. Walter Kennedy Citizenship Award (1983), sélectionné parmi les cinquante plus grands joueurs de tous les temps (1996)

Palmarès ABA : Champion ABA (1974, 76), MVP (1974, 75, 76), All-Star First Team (1973, 74, 75, 76), All-Star Second Team (1972)

Matchs disputés : 836
Points : 18.364 (22,0/match)
Rebonds : 5.601 (6,7/match)
Passes décisives : 3.224 (3,9/match)
Interceptions : 1.508 (1,80/match)
Contres : 1.293 (1,54/match)
Tirs : 7.237/14.276 (50,7%
)

Julius Erving, le fabuleux "Dr. J" a été le meilleur joueur de sa génération. Un magicien de la balle orange au style gracieux mais spectaculaire. Il était respecté sur tous les parquets où il évoluait. Il est en quelque sorte devenu l'ambassadeur de la NBA à la fin des années 1970.

Erving débuta sa carrière professionnelle en ABA avec les Virginia Squires puis les New York Nets, avant de rejoindre les Philadelphia 76ers en NBA avec qui il gagnera un titre de champion. Il a été All-Star lors de ses onze saisons passées en NBA. En cumulant l'ABA et la NBA, il a inscrit 30.026 points, total que seuls Kareem Abdul-Jabbar, Wilt Chamberlain, Karl Malone et Michael Jordan ont fait mieux dans l'histoire du basket professionnel américain.

Julius Erving est né le 22 février 1950 à Roosevelt dans l'état de New York. Il débute au lycée de Roosevelt ou il se forge déjà un nom. Il a hérité de son surnom, Doctor J, à cette époque. Ses coéquipiers l'appelaient "Professor", puis "Doctor" car il décelait dans leur jeu les failles et points forts, et les points à améliorer.

Il rejoint l'University of Massachusetts en 1968 où il tournera à 26,3 points et 20,2 rebonds en deux saisons. Il quitte la NCAA avant la fin de son cursus universitaire et signe un contrat avec les Virginia Squires en ABA. Il ne peut en effet rejoindre la NBA qui oblige ses joueurs à terminer leur cursus universitaire avant d'être inscrit à la draft.

Il fait donc ses débuts professionnels en 1971-72. A l'époque la concurrence entre NBA et ABA est rude et les deux ligues se disputent les meilleurs joueurs. Sa première envolée, il l'a réussi face aux Kentucky Colonels : un dunk monstrueux sur la tête de Dan Issell et Artis Gilmore, deux des meilleurs joueurs de la ligue. Il marque 27,3 points de moyenne lors de première saison, est élu au sein de la All-ABA Second Team et de la All-Rookie Team. Il termine second au vote de Rookie of the Year, derrière Artis Gilmore.

Virginia termine deuxième de la Eastern Division juste derrière Kentucky. Les Squires éliminent les Floridians au premier tour des playoffs avec 33,3 points de moyenne pour Erving mais chutent face aux New York Nets de Rick Barry en finale de division.

En 1972, Erving atteint l'âge légal pour être draftable. Il est retenu par les Milwaukee Bucks d'Abdul-Jabbar et Oscar Robertson en douzième position. Finalement il jouera la présaison avec les Hawks mais avant de jouer son premier match les Squires obligent Erving à respecter son contrat avec eux.

Il termine meilleur marqueur de l'ABA avec 31,9 points de moyenne. Il sera élu pour la première fois dans la All-ABA First Team. Erving confirme tout le bien qu'on pense de lui. Il prend réellement conscience de ses possibilités et va encore étoffer son panel de mouvements acrobatiques. Mais les Squires manquent cruellement d'ambition et il est transféré aux New York Nets en échangé de George Carter et d'une importante somme d'argent.

Placé sous les feux de la rampe dans "Big Apple", Erving endosse le costume de leader et les Nets remportent 55 matchs pour 29 défaites et va mener les Nets au titre de champion, face à Utah. Erving remporte un nouveau titre de meilleur marqueur avec 27,4 points de moyenne. Mais il devient un joueur polyvalent sachant passer (sixième de la ligue), intercepter et contrer (troisième de chacune des deux catégories) et est fort logiquement élu MVP. Il est également devenu le premier joueur à voler dans les airs en restant une éternité en suspension.

En 1975-76, l'ABA innove une nouvelle fois après la ligne à trois points en organisant le premier Slam-Dunk Championship. C'est Erving qui l'emporte en devançant Gilmore, Gervin et David Thompson. Les Nets rencontrent les Nuggets lors de la finale, la dernière de l'ABA. New York l'emporte aisément et devient champion pour la deuxième fois en trois ans. En playoff, Erving tourne à 34,7 points de moyenne et est élu MVP des playoffs après avoir été élu MVP de la saison régulière.

En cinq ans, il a remporté deux titres de champion, trois trophées de MVP et trois titres de meilleur marqueur.

L'ère de l'ABA s'achève. Les Nets, Spurs, Nuggets et Pacers rejoignent la NBA et le reste des joueurs des équipes d'ABA sont dispersés au sein des franchises NBA après une draft.

Juste avant le début de la saison 1976-77, un conflit éclate entre Erving et les Nets au sujet de son salaire. Les Nets règlent rapidement le problème en l'envoyant aux Philadelphia 76ers vingt-quatre heures avant le coup d'envoi de la saison.

Erving fait donc ses grands débuts en NBA. Son jeu est moins étincelant qu'en ABA mais il sacrifie son jeu spectaculaire pour ne pas nuire à son équipe. Mais lors du All-Star Game, Erving retrouve le goût du show et marque 30 points, prend 12 rebonds et est élu MVP. Il tourne à 21,6 points de moyenne et mène les Sixers à la première place de l'Atlantic Division. En playoff, les Sixers éliminent tour à tour les Celtics et les Rockets avant d'être opposé aux Blazers en finale. Après avoir mené la série 2 à 0, les Blazers de Bill Walton remporteront les quatre matchs suivants et d'adjugeront le titre.

Les Sixers ont alors cherché à construire une équipe solide pour épauler Dr. J. C'est ainsi que Bobby Jones et Maurice Cheeks vont atterrir à Philadelphie. En 1978 et 79, les Sixers ne seront que les dauphins à l'est, derrière les Washington Bullets de Hayes et Unseld. Erving est élu dans la All-NBA First Team lors des deux saisons.

Il est alors le meilleur joueur de la ligue. En 1980, il est le seul joueur en activité avec Kareem Abdul-Jabbar a être élu dans la NBA 35th Anniversary All-Time Team.

En 1979-80 il tourne à 26,9 points de moyenne et termine quatrième marqueur derrière Gervin, Free et Dantley. Les Sixers remportent 59 matchs en saison régulière et éliminent Washington, Atlanta et Boston pour atteindre la finale où ils retrouvent les Los Angeles Lakers. Erving est titanesque lors des quatre premières rencontres. Lors du Match 4, il réalise son "Baseline Move", un des plus beaux panier de l'histoire.

Mais Magic Johnson sonne la révolte des Lakers lors du Match 5 et Abdul-Jabbar marque 42 points lors du Match 6 offrant le titre à Los Angeles.

La saison suivante est la meilleure de sa carrière. Il est élu MVP après avoir tourné à 24,3 points et 4,4 passes décisives de moyenne. Les Sixers remportent 62 matchs et se qualifient pour la finale de la conférence est face aux Celtics. Erving et les siens mènent 3 à 1 après quatre matchs mais Boston va gagner les trois derniers matchs et se qualifier pour les Finals.

En 1981-82, Erving est plus que jamais motivé à l'idée de décrocher le titre de champion. Il marque 24,4 points par match et est élu dans la All-NBA First Team. En finale de conférence les Sixers retrouvent les Celtics et l'emportent en sept matchs. Erving tient sa finale. Mais les Lakers sont trop forts en l'emportent en six matchs, remportant leur deuxième titre en trois ans.

Les Sixers manquent d'un vrai intérieur capable de rivaliser avec les meilleurs pivots comme Abdul-Jabbar. C'est pourquoi le GM Pat Williams envoie Caldwell Jones à Houston en échange de Moses Malone, MVP de la saison 1981-82.

Cette fois-ci, la franchise est bien armée pour remporter enfin le titre. Les Sixers remportent 65 matchs en saison régulière. Erving marque 21,5 points par match et est élu dans la All-NBA First Team alors que Malone est élu MVP. Avec en plus Maurice Cheeks, Bobby Jones et Andrew Toney, personne ne peut résister à Philadelphie. Les Lakers sont écrasés, humiliés, 4 à 0 et Erving remporte sa première bague de champion en NBA.

Après le titre, Erving va connaître quelques pépins physiques. Lors du All-Star Game 1984, il marque 34 points et montre qu'il faut encore compter sur lui.

Après dix ans au sommet avec les Sixers, Erving passe le flambeau à Charles Barkley. Il annonce qu'il compte prendre sa retraite à la fin de la saison 1966-87. Cette saison se transforme en tour d'honneur et dans chaque ville, il est ovationné par le public. Les belles envolées de Dr. J. sont définitivement terminées.

Erving se retire à l'âge de 37 ans après avoir marqué plus de 30.000 points en ABA et NBA. Il rejoint le Hall of Fame en 1993.

Depuis sa retraite, Erving est devenu un businessman averti : il possède une usine Coca-Cola à Philadelphie, un des stations de télévision câblées à New York et dans le New Jersey. Il est également consultant pour la chaîne de télévision NBC depuis 1993 et a rejoint le staff des Orlando Magic en tant que vice-président des opérations sportives le 4 juin 1997.

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.