Année par année
All-Star Game
Finals
Draft
Awards
Salaires
Records
Divers
Joueurs
Hall of Fame
Chronologie
 

  Division Atlantic
Division Central
Division Southeast
Division Southwest
Division Northwest
Division Pacific
Equipes disparues
Evolution
Stades
Mascottes
Logo
 

  NCAA
Jeux Olympiques
Ligues mineures
 

  News NBA
Journal d'anecdotes
Trades
Media
Fantasy League
Liens
 



 

Wilt Chamberlain

Nom : Wilton Norman Chamberlain
Date de naissance : 21 octobre 1936 à Philadelphie, Pennsylvanie
Date de décès : 12 octobre 1999
Taille : 2m16
High School: Overbrook (Philadelphia)
College : Kansas
Draft : Philadelphia Warriors, 1959 (3eme choix)
Numéro : 13 (retiré par les Warriors, les 76ers et les Lakers)
Transferts : Echangé aux 76ers le 15 janvier 1965, échangé aux Lakers le 9 juillet 1968

Surnom : Wilt the Stilt, The Big Dipper

Palmarès : Elu au Hall of Fame (1978), Champion NBA (1967, 72), MVP des Finals (1972), MVP (1960, 66, 67, 68), All-NBA First Team (1960, 61, 62, 64, 66, 67, 68), Second Team (63, 65, 72), All-Defensive First Team (1972, 73), treize fois All-Star (160 à 69, 71, 72, 73), MVP du All-Star Game (1960), Rookie of the Year (1960), sélectionné parmi les cinquante plus grands joueurs de l'histoire (1996)

Matchs disputés : 1045
Points : 31.419 (30,1/match)
Rebonds : 23.924 (22,9/match)
Passes décisives : 4.643 (4,4/match)
Tirs : 12.681/23.497 (54,0%)

Wilt Chamberlain est l'arme offensive la plus impressionante de l'histoire du basket-ball. Beaucoup de fans le désignent comme étant le meilleur joueur de tous les temps.

Il a dominé ses adversaires comme peu de sportifs savent le faire et était inarretable et ce malgré les prises à trois et les nombreuses fautes qu'il subissait.

Le Livre des Records reflète bien quel joueur était Wilt Chamberlain : il est le seul joueur à avoir inscrit 4.000 points en une seule saison, il détient les records de points marqués et de rebonds pris sur un match (100), de rebonds (55), de paniers consécutifs inscrits (18). Il a tourné à la fabuleuse moyenne de 50,4 points par match en 1961-62 en jouant 48,5 minutes de moyenne!

A son retrait des parquets, il détient le record absolu de points inscrits en carrière avec 31.419 unités. Ce record a depuis été dépassé par Kareem Abdul-Jabbar, Karl Malone, et Michael Jordan. Il a remporté sept titres consécutifs de meilleur marqueur, a remporté onze titres de meilleur rebondeur en quatorze saisons. Il est même devenu le seul joueur à avoir terminé meilleur marqueur, rebondeur et passeur au cours d'une carrière puisqu'il a dominé le classement des passes décisives en 19767-68. Il a franchit la barre des cinquante points à 118 reprises, il a inscrit au moins quarante points lors de quatorze rencontres consécutives. Il détient la meilleure moyenne de points pour un rookie avec 37,1 points de moyenne. Il est également le seul joueur à avoir shooté à plus 70% sur une saison.

Oscar Robertson dira de lui : "Il n'y a besoin de disserter longuement sur Wilt Chamberlain, ouvrez un livre des records et vous verrez l'ampleur du personnage."

Au lycée et à l'université, Wilt Chamberlain est déjà un champion, mais c'est en athlétisme qu'il excelle. Malgré son gabarit imposant, 2m15 pour 125 kg, il est d'une étonnante mobilité. Au lycée, il se décide à intégrer l'équipe de basket.

Il prendra encore du volume et gagnera en muscles ce qui fera de lui le joueur le plus puissant de la NBA. Il soulevait des poids de 130 kg comme des sacs de plumes. Puissance et mobilité, tels ont été les atouts qui ont fait de Wilt the Stilt l'un des plus grand basketteur de l'histoire.

Chamberlain était un des seuls joueurs à contrer des dunks. En 1968 face aux New York Knicks, Chamberlain contre un dunk de Walt Bellamy. Non seulement il envoie la balle dans les tribunes, mais Bellamy vole également jusqu'au premier rang de spectateurs.

En 1952-53, il intègre donc le lycée d'Overbrook à Philadelphie. En trois saisons, il ne va s'incliner qu'à quatre reprises en soixante matchs. Les entraîneurs, béats devant le talent de Chamberlain modifient leurs entraînements. Les joueurs apprennent même à rater les lancers francs pour que Chamberlain puisse prendre les rebonds offensifs.

Il marque 2.206 points en trois ans. Lors de sa dernière saison, il tourne à 44,5 points de moyenne et marque 90 points en un seul match, dont 60 lors des douze dernières minutes de la rencontre. C'est à cette époque qu'il hérite de son surnom, "the Stilt", l'échassier. Mais il n'apprécie guère ce sobriquet et on lui en trouvera un second, "Big Dipper"

En 1955, il annonce qu'il jouera pour l'université de Kansas. A l'époque, les freshman disputent leur propre championnat. Il joue son premier match contre l'Université de Kansas, celle des sophomores, juniors et seniors qui remportera le titre de conférence cette année là. Chamberlain mène les freshmen à une victoire 81-71. Les coachs sont stupéfaits. Il marque 42 points, prend 30 rebonds et contre 15 tirs. A lui tout seul, il vient de battre une des meilleures universités du pays.

L'année suivante il fait ces début dans la vrai équipe de l'université. Pour son premier match, le 3 décembre 1956, il bat le record de points de l'université en en marquant 52 et offre une victoire facile à Kansas. Il conduit les Jayhawks jusqu'à la finale, perdue d'un point face à North Carolina après trois prolongations mais il est tout de même élu Most Outstanding Player du Final Four.

La saison suivante il est sélectionné dans l'All-America Team et remporte le championnat universitaire de sa conférence en saut en hauteur en franchissant les deux mètres. Il décide de quitter Kansas à la fin de sa troisième année afin de devenir professionnel. Il ne peut jouer en NBA car la loi interdit les joueurs n'ayant pas l'âge d'être drafté de signer avec une équipe. Il rejoint donc la prestigieuse équipe des Harlem Globetrotters pour un salaire annuel de 50.000 dollars, une somme astronomique à l'époque.

Une règle NBA accorde aux franchises une priorité territoriale lors de la draft. Ainsi, une équipe a le droit de réclamer les droits sur un joueur évoluant dans une université voisine en échange de son premier tour de draft. Eddie Goettlib, propriétaire des Philadelphia Warriors, désire récupérer Chamberlain car il est originaire de Philadelphie, et y a joué au lycée. Il insiste également sur le fait que Kansas City ne dispose pas d'équipe NBA. La ligue donne son accord de Chamberlain rejoint donc les Warriors.

Tout le monde attend les débuts de Chamberlain. Pour son premier match en 1959, face à New York, il marque 43 points et prend 28 rebonds. Au terme d'une année rookie extraordinaire (37,6 points et 27 rebonds de moyenne), il hérite des trophées de Rookie of the Year, du trophée de MVP et est élu dans la All-NBA First Team. En cours de saison, il avait été élu MVP du All-Star Game. Seul Wes Unseld en 1969 réussira à être MVP dès son arrivée dans la ligue. Les Warriors passent de la dernière place à la deuxième, derrière les Celtics. En playoff va naître une des plus grandes rivalités de l'histoire du sport, celle entre Chamberlain et le pivot des Celtics, Bill Russell. Lors des années 1960, ils se sont affrontés à huit reprises en playoff. Les Celtics s'imposent finalement 4 à 2.

Durant l'intersaison, Chamberlain annonce qu'il pense à la retraite. Il ne supporte pas le traitement que lui réservent ses adversaires au cours des matchs. Il n'a pas envie de devoir exercer des représailles. Ses adversaires ne savent pas comment le stopper si ce n'est en commettant des fautes sur lui, et en pratiquant un jeu le plus rugueux possible.

Malgré sa taille et sa force, Chamberlain refusait de répondre. Il préférait rester impassible. En 1.218 matchs de saison régulière, playoffs et All-Star Game, il n'a jamais été expulsé. Certains observateurs diront même qu'il était beaucoup trop gentil.

Chamberlain continua de jouer, apprenant à éviter les coups de coude et à encaisser les charges qu'il subissait continuellement.

En 1960-61, il marque 38,4 points et prend 27,2 rebonds de moyenne. Mais c'est en 1961-62 que Chamberlain va définitivement entrer au Panthéon du basket.

Il tourne cette saison là à 50,4 points de moyenne et marque 4029 points. Le 2 mars 1962, face aux New York Knicks, il brise la barre mythique des 100 points en un seul match. Il marque 36 paniers sur 63 tirs tentés. Il va même réussir 28 lancers francs sur 32 alors que sa moyenne en carrière n'est que de 50,2%. Les Warriors l'emportent 169-147.

En 1962, les Warriors quittent la Pennsylvanie pour s'installer à San Francisco. Chamberlain termine meilleur scoreur en 1963 et 1964. Les Warriors retrouvent les Celtics en finale en 1964 mais s'inclinent en cinq matchs.

A la mi-saison 1964-65, deux jours après le All-Star Game, il est renvoyé à Philadelphie où il rejoint les 76ers, fraîchement débarqués de Syracuse en échange de Connie Dierking, Lee Shaffer, Paul Neumann et de 150.000 dollars. Les 76ers comptent dans leurs rangs de très bons joueurs comme Hal Greer, Larry Costello ou Chet Walker. Chamberlain termine sa première saison avec les Sixers en remportant 50% des matchs.

Les Sixers terminent la saison régulière en tête en 1965-66 avec 55 victoires mais pour la deuxième année consécutive, ils s'inclinent en finale de l'Eastern Division face aux Celtics de Russell.

En 1966-67, Billy Cunningham rejoint l'équipe et les Sixers remportent 45 de leurs 49 premiers matchs et finissent la saison avec 68 victoires, ce qui constitue à l'époque un record absolu. En finale de division, Chamberlain retrouve Russell mais cette fois-ci ce sont les Sixers qui éliminent les Celtics par 4 victoires à 1. En finale, Chamberlain retrouve son ancienne équipe, les Warriors mais les Sixers l'emportent en six matchs.

Sur les sept premières saisons de sa carrière, Chamberlain tourne à 39,4 points de moyenne. Il termine meilleur marqueur lors de chacune des saisons qu'il a disputé. Lors des sept saisons suivantes, Chamberlain ne va tourner qu'à 20,7 points. La raison est simple : les entraîneurs demandent à Chamberlain de moins tenter sa chance et de passer plus de ballons dans le but de faire progresser toute l'équipe et donc de gagner plus de matchs. C'est pourquoi en 1966-67, son coach aux Sixers, Alex Hannum lui a demandé de plus impliquer ses coéquipiers dans le jeu et de défendre plus intensivement. Cette stratégie a payé puisque les Sixers ont remporté le titre. Chamberlain ne remporte pas le titre de meilleur marqueur pour la première fois de sa carrière mais termine premier au pourcentage de réussite aux tirs (68,3%), aux rebonds (24,2) et troisième aux passes décisives (7,8).

Il tient son nouveau rôle si sérieusement que lui, le plus formidable scoreur de l'histoire, remporte le titre de meilleur passeur en 1967-68 avec 8,6 passes de moyenne. Il est élu pur la septième et dernière fois au sein de la All-NBA First Team et est élu MVP pour la quatrième fois de sa carrière. Peu après il est échangé aux Los Angeles Lakers contre Jerry Chambers, Archie Clark et Darrall Imhof.

Il dispute les cinq dernières saisons de sa carrière avec les Lakers et participe aux Finals à quatre reprises. En 1972, il ne marque que 14,8 points de moyenne mais prend 19,2 rebonds par matchs et devient un excellent défenseur. Il sera élu pour la première fois de sa carrière au sein de la All-Defensive First Team, performance qu'il rééditera l'année suivante. En 1971-72, avec Wilt Chamberlain, Jerry West, Elgin Baylor, Gail Goodrich, Happy Hairston et Jim McMillan, les Lakers vont remporté 33 victoires consécutives (record absolu) et vont remporter un total de 69 matchs, performance que les Bulls ont effacé des tablettes en 1996. Les Lakers remportent le titre face aux Knicks en s'imposant sur le score de 4 à 1.

Il se retire en 1973 et se lance dans une carrière d'entraîneur. Il rejoint tout d'abord les San Diego Conquistador en ABA où il devait tenir un rôle d'entraîneur-joueur. Mais le règlement l'en empêcha et il ne fut que coach, et ce durant une saison.

En 1984, il joue dans Conan le Barbare aux cotés d'Arnold Schwarzenegger. Il commence à jouer au tennis, à courir des marathons et à boxer. Il lance même un défi à Muhammed Ali afin de l'affronter en championnat du monde poids-lourd.

Bien qu'ayant débuté dans les années 1950, il discute avec plusieurs franchises dans les années 1990 au sujet d'un possible come-back, pour jouer entre 15 et minutes par matchs. Les discussions n'aboutiront pas.

Il publie plusieurs romans et dévore tous les livres qui sont à sa disposition.

Chamberlain rejoint le Hall of Fame dès 1978 et est élu parmi les cinquante plus grands joueurs de l'histoire en 1996.

Le douze octobre 1999, Wilt Charberlain est frappé par une crise crise cardiaque et il nous quitte à l'âge de 63 ans, mais restera à jamais dans les mémoires des amoureux du basket-ball et beaucoup de ses records resteront sans doute inaccessibles.

 

 

Ce site est un site non officiel à but non-lucratif. Les logos et les images sont la propriété exclusive de la NBA.
This is an unofficial and non-lucrative website. All logos and pics are the properties of the NBA.